Notre carnet yogique

L’équipement | Son importance

Notre carnet yogique  L’équipement | Son importance
Rayonnement

Dois-je absolument avoir des accessoires pour faire du Yoga ? Il y a plusieurs éléments à considérer : mobilité, alignements, pathologies et intentions.

Après tout, l’aisance corporelle n’est pas une raison suffisante pour ne pas utiliser l’équipement. De manière générale, notre posture au quotidien (assise ou debout) ne respecte pas le bon alignement. Elle génère ainsi des effets compensatoires et à long terme les positions deviennent même confortables. En plus, une blessure survient souvent par l’usure et c’est avec le temps qu’il y a un inconfort aigu ou chronique…

Mobilité

La majorité des postures nécessitent le mouvement du bassin et près de 90 % d’entre elles impliquent l’étirement des muscles à l’arrière des cuisses.

Si la personne manque de flexibilité et va au-delà de ses limites, cela créera une mauvaise posture et des inconforts. Lors d’une flexion de la hanche, par exemple, elle pourra peut-être toucher ses orteils, mais aux dépens de la santé de son dos : ses vertèbres seront en saillie et il y aura une pression anormale sur les disques intervertébraux. Si le geste est répétitif, une hernie discale peut survenir.

  • En Supta Padangusthasana (une posture qui allonge les muscles nommés précédemment), une couverture mexicaine placée sous le long de la colonne maintiendrait le creux du bas du dos et éviterait qu’il s’arrondisse lorsqu’une des deux jambes tendues se soulèverait du sol.

Alignements

Nous en distinguons deux types. L’un par la direction des mouvements et l’autre par les articulations et la stabilité musculaire.

  • Prenons par exemple Virabhadrasana 1 (la posture du guerrier 1). Étant donné que le mouvement se fait de l’avant vers l’arrière, alors les hanches devraient être parallèles, voire symétriques. Pour ce qui est de la jambe avant pliée, il est préférable que l’articulation du genou s’aligne avec la cheville. L’usage d’une chaise Iyengar peut contribuer à développer cette architecture corporelle et éviter les blessures en particulier si la personne ne peut pas tenir la posture par sa propre force. L’absence du dossier de la chaise permet aussi de passer la jambe avant et d’appuyer l’arrière du genou sur le bord du siège pour obtenir un angle de 90° avec la cheville. Puis, le siège peut permettre une perception consciente de la position pour favoriser une mémoire corporelle.

Pathologies

Il y a une expression qui dit que le corps est parfaitement imparfait. Il s’avère que les postures de Yoga font ressortir les conditions particulières comme les déviations de la colonne vertébrale (scoliose), les déformations angulaires des genoux et les problèmes aux pieds. Pour éviter de les aggraver, nous avons appris à les reconnaître et à accompagner l’élève en adaptant les postures. Dans ce contexte, les accessoires s’intègrent à la pratique pour stabiliser et soutenir le corps.

  • Dans Adho Mukha Svanasana (la posture du chien tête en bas), si la personne souffre d’une scoliose thoracique droite, un bloc de Yoga placé sous la main gauche remonterait son épaule du sol et la replacerait à la même hauteur que l’épaule droite.

Intentions

D’emblée, āsana est traduit par « posture », mais il peut être interprété comme une position stable et aisée qui s’obtient par un corps libre d’efforts physiques ainsi qu’une tranquillité d’esprit.

  • Balasana (la posture de l’enfant) est souvent proposée au début ou à la fin d’un cours pour se recentrer. Elle peut sembler simple, mais la flexion plantaire crée parfois un inconfort sur le dessus de la cheville. Dans ces circonstances, la couverture mexicaine (sur laquelle la personne repose déjà pour protéger ses genoux) peut remédier à la problématique en étant repliée d’une certaine façon.

Par ailleurs, en Yoga, rien ne doit être un acquis.

  • Par exemple, durant une séance de méditation, il peut être facile de se concentrer et d’être bien en position assise. En revanche, la séance suivante peut être différente, alors l’utilisation d’une sangle placée de manière spécifique calmerait l’agitation du mental.

Les accessoires sont donc des outils qui permettent d’enrichir notre pratique en toute sécurité et d’approfondir nos compréhensions (au niveau du ressenti et des directions des mouvements).

Ce texte est soumis aux droits d'auteur.

Rayonnement

Tu pourrais aimer...

Bonjour !

La création du compte sera disponible en période d’inscription. ✨